Protection de votre vie privée

Protection de votre vie privée

Statistique Canada accorde la plus grande importance à la protection de votre vie privée ainsi qu’au maintien de la confidentialité et de la sécurité des questionnaires remplis. Vos réponses sont recueillies en vertu de la Loi sur la statistique et demeurent strictement confidentielles.

Seuls les employés de Statistique Canada qui ont besoin de voir les questionnaires remplis et dont les tâches exigent qu’ils travaillent avec ces questionnaires ont accès à ceux-ci. De plus, tous les employés sont assujettis aux dispositions de la Loi sur la statistique en matière de confidentialité. Tous les employés de Statistique Canada prêtent un serment de discrétion. Ce serment est prêté à vie et demeure valide même une fois leur emploi terminé.

Autre que Statistique Canada, personne n’a accès aux renseignements individuels obtenus dans le cadre du recensement. Les entrepreneurs privés n’ont pas accès aux données confidentielles, et aucun renseignement pouvant servir à identifier les répondants ne sera communiqué à d’autres ministères ou organismes.

Sécurité du questionnaire en ligne

Statistique Canada accorde une grande importance à la protection des renseignements confidentiels fournis en ligne. Un processus de connexion sécurisée et une puissante méthode de cryptage sont des éléments clés pour empêcher quiconque d’y avoir accès.

Pour protéger la sécurité des renseignements personnels sur Internet, Statistique Canada a intégré les mesures de protection suivantes :

Confidentialité des questionnaires remplis

Des instructions et des procédures rigoureuses ont été mises en œuvre pour assurer la confidentialité des données du recensement (y compris les questionnaires remplis) en tout temps. Cette exigence s’applique à tous les emplacements sécurisés, y compris les résidences privées des employés.

Tous les employés prêtent un serment de discrétion lorsqu’ils sont embauchés. La Loi sur la statistique prévoit que les employés sont passibles d’une amende maximale de 1 000 $ et/ou d’une peine d’emprisonnement maximale de six mois s’ils révèlent des renseignements personnels.